• Californie : Jour 5.

    by  • 25 June 2016 • Californie • 0 Comments

    La journée d’hier était vraiment superbe. Celle-ci n’est pas mal non plus.

    Réveil chez Ed et Nicole qui, aux petits soins, nous ont acheté du pain pour nous rappeler le pays.

    WP_20160413_08_54_39_Pro
    Visiblement, Magoo aime le pain.

    Ed et Nicole habitent dans ce qui m’apparaît comme une rue californienne typique, le genre de petit havre de paix tout droit tiré d’un film de Spielberg.
    WP_20160413_09_43_54_Pro

    Je suis prêt à partir.

    IMG_3288

    La cafetière est en panne. Alors, on s’arrête au Starbucks du coin pour notre dose de caféïne. Où que l’on soit, il y a toujours un Starbucks pas loin.

    Aujourd’hui, c’est Edward qui nous emmène dans sa Prius (tout le monde a une Prius en Californie, c’est obligatoire.) Inutile de dire qu’au volant, il gère bien mieux les freeways que moi.
    Premier arrêt, les montagnes au-dessus de Berkeley pour un point de vue imprenable sur la région.

    IMG_3258

    Puis nous descendons vers Berkeley. Nous traversons le campus avec ses maisons d’étudiants marquées de lettres grecques. Les profs et les étudiants vivent dans ces quartiers tranquilles où, là encore, je me verrais bien habiter. Cette fois, je ne regarde pas les prix des loyers. Mieux vaut rêver.
    Nous nous arrêtons au Rose Garden qui, comme son nom l’indique, est un jardin rempli de toutes sortes de variétés de roses. Quand nous nous garons, une femme se marre en nous montrant la bagnole à côté de celle d’Edward. Des serviettes cachent, mal, l’intérieur. Apparemment, des gens baisent dans l’habitacle.
    Bienvenue à Berkeley.

    IMG_3262

    IMG_3264

    IMG_3265

    IMG_3266
    Mais qui sont ces deux zigotos ?

    Direction le centre-ville de Berkeley. Nous traversons la fac à pieds. Cette fois, j’ai envie de reprendre mes études. Je crois que si j’avais eu le choix, je serais resté étudiant toute ma vie. Apprendre des choses, approfondir sans cesse, entouré de livres et de savants, ça m’aurait franchement botté. Mais maintenant, j’affine ce fantasme. J’aurais aimé être étudiant, certes, mais ici, à Berkeley.

    IMG_3284

    IMG_3283

    IMG_3279

    IMG_3271

    Dans le centre proprement dit, autour de Telegraph Avenue, la rue principale de la ville, nous reprenons notre petit Dick Tour. En effet, c’est là, que Phil travaillait dans un magasin de disques (il a d’ailleurs grandi à Berkeley, et nous sommes peut-être passés devant une des maisons dans lesquelles il a habité sans le savoir) qui s’appelle désormais Rasputin. Il y a, juste en face, un autre Amoeba, mais je fais soft et ne reste pas longtemps à l’intérieur, car les autres m’attendent dehors. J’achète le nouvel album de Bob Mould et en discute avec le caissier, sidéré que j’ai pu voir l’ancien Sugar à Amsterdam. J’ai brusquement l’impression d’être un sacré globe-trotter, un aventurier en sac à dos qui parcourt le monde.
    Oui, je sais.

    WP_20160413_13_15_00_Pro

    WP_20160413_12_30_40_Pro

    WP_20160413_12_30_08_Pro

    Edward nous emmène déjeuner dans un super pizzeria, Cheese Board Collective, ambiance à la coule et groupe live (vieux loups de mer) tous les midis. Pas le choix dans la pizza (chaque jour une différente), mais c’est super bon.

    Après cette pause salutaire, passage par le bord de mer, à Alameda, une ville qui jouxte Oakland. Il y a un vent à décorner les boeufs. Je fais ma célèbre imitation de la mouette et me fait aussitôt de nouvelles amies.

    WP_20160413_15_00_00_Pro

    WP_20160413_15_00_04_Pro

    WP_20160413_15_15_03_Pro

    WP_20160413_15_28_51_Pro

    Puis direction Oakland et les bureaux de Locus. Pour ceux qui ne connaissent pas, Locus, c’est la revue américaine professionnelle spécialisée dans la science-fiction. La bible mensuelle pour les auteurs, les éditeurs et les fans. Liza Trombi, la rédactrice en chef, rencontrée aux Utopiales en 2015 avec Daryl Gregory (un de mes auteurs contemporains favoris et, accessoirement, un mec super sympa), nous a proposé de nous faire visiter les bureaux avant d’aller dîner (nous nous sommes promis de nous retrouver pour une bouffe depuis notre rencontre à Nantes).
    Nous débarquons donc dans un vaste immeuble plutôt moche de la banlieue d’Oakland, dans une zone industrielle entre un magasin de bricolage et un supermarché discount. Mais une fois entrés dans les bureaux, tout change.
    Je suis comme un fervent catholique qu’on ferait entrer dans la chapelle sixtine en le prévenant qu’il risque d’y avoir une autre surprise. Oh, trois fois rien, seulement une petit truc dont vous devez déjà avoir entenu parler : le graal.

    WP_20160413_16_07_23_Pro

    Je suis tellement pressé d’entrer que je prends une photo floue, sans m’arrêter, devant la porte.

    WP_20160413_16_27_59_Pro

    WP_20160413_16_26_47_Pro

    WP_20160413_16_26_44_Pro

    WP_20160413_16_26_29_Pro

    WP_20160413_16_19_07_Pro

    WP_20160413_16_14_00_Pro

    WP_20160413_16_13_50_Pro

    WP_20160413_16_13_43_Pro

    WP_20160413_16_12_05_Pro

    WP_20160413_16_11_58_Pro

    Il y a des prix Hugo à la pelle, mais aussi des Nebula et des tas d’autres awards. Liza nous explique que son frère vient de finir d’installer les immenses étagères qui roulent pour pouvoir classer tous les livres que la revue possèdent. Il reste encore des cartons.
    Nous découvrons une superbe collection de pulps et la bibliothèque personnelle de Robert Heinlein, léguée par l’auteur au fondateur de la revue, Charles Brown.
    Puis Liza nous montre le meuble à photo. Celui où sont rassemblés toutes les archives photo du magazine. Elle nous demande de choisir un auteur au pif et nous sort des images. Edward demande à voir la tête d’Alfred Bester. Bon, vous imaginez bien quel auteur m’intéresse, moi. Liza me montre alors une photo de Dick assez célèbre, mais que je n’avais jamais vu entière (sur la sienne, on voit Dick entier, jusqu’aux pieds). Anecdotique, mais ça me suffit.
    J’aimerais rester des heures et farfouiller dans les livres, m’asseoir peut-être et lire quelques passages. M’imprégner.
    Mais il faut laisser toute l’équipe travailler.

    Il restera un souvenir de notre visite dans le numéro de Locus de mai.

    ChXJEMXUUAAhPkI

    Daryl nous emmène ensuite boire des bières chez Drake’s Brewing. C’est sa tournée. Il vient de vendre son prochain roman à un énorme éditeur et a appris le jour même qu’une série TV allait en être tirée. Nous tombons pile pour fêter ça.

    Nous allons diner ensuite dans le centre d’Oakland, plutôt joli avec des bâtiments aux enseignes 50’s qui me plaisent particulièrement. Seb a pris un google bus pour nous rejoindre. Laurel Amberdine, assistante éditoriale chez Locus (et qui vient de vendre son premier roman à un éditeur) nous accompagne aussi.

    WP_20160413_18_40_00_Pro

    WP_20160413_18_33_59_Pro

    On se marre bien et la bouffe est excellente. Le restau ne sert pas de vin (je ne me souviens plus pourquoi), mais on peut apporter ses bouteilles. Ca tombe bien, j’ai ramené quelques munitions de Bordeaux.

    WP_20160413_19_15_10_Pro

    WP_20160413_19_08_32_Pro

    Le retour jusqu’à San Jose (avec un détour par Mountain View) est long. Je suis crevé. Heureusement que c’est Edward qui conduit. Je suis passé en mode pilotage automatique. Edward commence à me connaître et, comme s’il voulait me maintenir éveillé, il me parle de comics. Well done, pal.

    Cette fois, je crois que je ne prends même pas, au lit, le temps de me repasser le film de la journée. Je tombe comme une souche.
    Mes inquiétudes et insomnies des premiers jours sont bien loin. Et le séjour est loin d’être fini…

    About

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Current month ye@r day *